Close

NewsGuard: Labéliser les sites d’information pour lutter contre les fake-news

 

  • Présentation

Fondée aux États-Unis en 2018 par Steven Brill et Gordon Crovitz, journalistes et entrepreneurs des médias, NewsGuard emploie aujourd’hui environ 35 personnes sur 4 pays : Royaume-Uni, Italie, Allemagne, et, depuis le 22 mai 2019, la France. L’équipe française comprend 7 membres et est pilotée par Alice Antheaume, directrice de l’école de journalisme de Sciences Po.

Newsguard propose de noter la fiabilité et la transparence des sites d’information sur 9 critères fixés par ses experts. Les notes, formalisées par des boucliers de couleurs, sont accessibles aux utilisateurs via une extension compatible avec les principaux navigateurs (Chrome, Safari, Edge, Firefox) et moteurs de recherche (Google, Bing, Qwant, Duck Duck Go). Les notes sont également disponibles depuis Facebook et Twitter via les navigateurs partenaires.

 

  • Le business model

Le modèle économique de NewsGuard repose sur la vente de licences mensuelles aux grands acteurs du numérique, notamment Microsoft ou Google.

NewsGuard compte parmi ses investisseurs le groupe publicitaire français Publicis. En dehors les co-fondateurs, les autres investisseurs ne participent pas au processus de notation et à l’attribution des labels.

 

  • La solution

 

Un algorithme pour identifier les sites à noter

Les sites devant être notés sont identifiés par un algorithme qui analyse le nombre de contenus qu’ils publient et partagent en ligne. Il peut donc s’agir de médias reconnus mais aussi de blogs. En mai 2019, NewsGuard avait ainsi analysé près de 60 sites français, soit 70% de l’information partagée en ligne et estimé la progression à 90% dans les 2 mois suivants.

 

L’expertise humaine pour les analyser

Les sites sélectionnés sont ensuite analysés par les équipes de chaque pays, accompagnées d’un comité consultatif composé entre autres de Jimmy Wales, co-fondateur de Wikipédia, selon 9 critères évaluant leur capacité à :

  • Ne pas diffuser de contenu erroné (22 points)
  • Rassembler et présenter les informations de façon responsable (18 points).
  • Corriger ou clarifier régulièrement leurs erreurs (12,5 points),
  • Distinguer les informations des opinions (12,5 points)
  • Éviter les titres trompeurs ou fallacieux (10 points).
  • Mentionner le nom propriétaire du site et ses sources de financement (7,5 points),
  • Signaler clairement la publicité (7,5 points),
  • Fournir des informations sur les dirigeants du site et mentionner d’éventuels conflits d’intérêts (5 points)
  • Préciser le nom des créateurs de contenu et indiquer leurs coordonnées (5 points).

 

Les sites sont notés sur 100 points qui permettent d’obtenir les labels suivants :

  • A partir de 60/100 et au-delà : “bouclier vert”, gage de qualité
  • Moins de 60/100 : “bouclier rouge” accompagné d’un message d’avertissement à l’attention du lecteur.
  • Site satirique : « bouclier jaune »
  • Site hébergeant du contenu généré par ses utilisateurs eux même et non vérifiable « bouclier gris »

 

Les sites ont ensuite la possibilité d’améliorer leur note en modifiant leurs pratiques journalistiques sur les critères déficients. NewsGuard estime que c’est aujourd’hui le cas de 25% des sites analysés dont Al-Jazeera English, qui a rendu public le fait que son site était détenu par le gouvernement du Qatar après l’analyse de NewsGuard.

 

  • Perspectives

La startup a levé 6 millions de dollard depuis sa création en 2018 et comptait en 2019 sur un chiffre d’affaires de 2 millions de dollars, avec l’objectif de devenir rentable d’ici fin 2020 ou début 2021.

En janvier, NewsGuard et Microsoft ont signé un partenariat permettant à la start-up d’installer son service par défaut sur la version mobile du navigateur Edge.