Close

La France se dote d’une doctrine militaire offensive dans le cyberespace et renforce sa politique de lutte informatique défensive

La ministre des Armées a présenté le 18 janvier une nouvelle politique ministérielle de lutte informatique défensive, qui mobilise tous les acteurs de la communauté de défense pour une meilleure hygiène cyber.

La doctrine ainsi formulée a vocation à :

  • Intégrer pleinement l’arme cyber parmi les capacités opérationnelles des armées, afin qu’elle renforce l’arsenal offensif conventionnel et qu’elle puisse amplifier les effets de l’action militaire traditionnelle.
  • Encadrer l’emploi de l’arme cyber dans les opérations militaires sur les théâtres d’opération extérieurs, dans le respect du droit international et des principes de distinction, de nécessité, de proportionnalité et de précaution.
  • Renforcer la Posture permanente de cyberdéfense, qui vise à protéger les réseaux du ministère des Armées 7j/7 et 24h/24 pour être en mesure d’anticiper et réagir à toute cyberattaque.

La nouvelle doctrine consacre l’emploi opérationnel de la LIO (lutte informative offensive), qui pourra désormais être employée :

  • Au profit des forces et des opérations, en substitution ou en complément des autres capacités de recueil d’information ou d’action sur toute la chaîne de l’engagement militaire : renseigner, défendre, agir.
  • Pour répondre à 3 objectifs : évaluer les capacités adverses, réduire ou neutraliser les capacités adverses, influencer la perception ou la capacité d’analyse adverse ;
  • Au niveau stratégique, c’est à dire dans la manœuvre opérationnelle inter-armées, ou tactique, dans les opérations de certaines composantes sur les théâtres d’opération.

L’emploi de la LIO, ainsi conçu comme un attribut de souveraineté pour assurer la défense des intérêts français, sera conduit par des unités spécialisée mais intégré à une chaîne de commandement unifié.

 

Pour en savoir plus, retrouvez le discours de la ministre et les éléments publics de la doctrine ICI.